Pourquoi relier le travail du chant avec le travail d'une professionnelle de l’accompagnement psychique ?

 

 

Dans le travail de la voix, le corps et l’esprit sont soumis à de fortes tensions, non seulement pour bien assimiler la technique à appliquer, les partitions que l’on doit interpréter, mais également pour se situer dans un groupe éphémère, avec des dynamiques parfois surprenantes.

 

Pour ne pas être saisi dans une réactivité émotive immédiate, mais prendre une distance face aux sensations du corps mis à l’épreuve du chant, face aux sentiments qui se réveillent et se révèlent dans ce challenge avec soi-même et les autres, l’espace de la discussion en tête-à-tête permet de lever des résistances et d’élaborer les passages corporels et psychiques de cette aventure temporaire mais profonde.

Nous proposons un lieu de confiance à l’écart du groupe, soutenant et confidentiel, toujours en relation avec le chant, et, si nécessaire, en lien avec les formateurs.

 

« Je ne peux pas chanter, je vais partir, ça ne me convient pas, je me suis trompée… » dit une jeune femme en plein désarroi deux jours après le début du stage. Nous discutons, de choses anciennes, de choses du présent laissées de côté pour ce petit temps de création, mais qui pèsent… Dans la confidence apparaît le fantôme que le stage a fait surgir, on peut le nommer, l’apprivoiser. Le concert final a été une réussite, tout le monde viendra la féliciter.

 

Pour les chanteurs professionnels, ce moment de bienveillance à deux permet de revenir sur l’expérience quotidienne d’un milieu très exigeant, et de trouver les forces psychiques pour l’affronter.

 

Cet espace particulier fait partie de la découverte de soi, tout comme l’exercice du chant nous révèle à nous-mêmes nos forces négligées dans la vie quotidienne.